INTERVIEW : FLAMEFY UTILISE LA SMART-DATA POUR FACILITER LE STORYTELLING Content marketing

INTERVIEW : FLAMEFY UTILISE LA SMART-DATA POUR FACILITER LE STORYTELLING

Article du 10 mars 2016 10:05 par

Rencontre avec Cédric Monnier, CEO de FlameFy, start-up franco-chinoise qui a lancé en 2013, une solution optimisée pour la construction d’une audience durable.

1. Bonjour Cédric, peux-tu nous expliquer comment vous est venu l’idée de créer Flamefy et pour répondre à quels besoins ?

FlameFy est né d’une immense frustration dans notre travail quotidien, lorsque notre co-fondatrice et moi même travaillions dans d’importantes sociétés éditant du contenu (TV et jeux en ligne). Tous les jours, nous voyions disparaître des parts d’audience, aspirées par le web et les nouveaux usages mobiles. La surabondance de contenus gratuits (Youtube, Facebook, etc) concurrençait en permanence notre cœur de métier et les ad-blockers mettaient en péril notre business model.

Nous nous sommes aperçus du réel manque de solutions qui s’offraient à nous, c’est pourquoi nous avons fait le choix de créer nous même un outil pour redonner du sens et une vraie valeur à la relation entre les entreprises et leurs clients lors de leurs actions de communication.

Education, information, divertissement, jeux, tous les contenus vidéo et interactifs ont une valeur qui doit justifier le coût de leur production. Nous avons alors adopté et transformé en logiciel le vieil adage : « on ne peut pas plaire à tout le monde » : notre idée étant d’utiliser des technologies big data pour trouver les bonnes audiences et les engager intelligemment, sur tous les réseaux et plateformes numériques.

 2. Quels sont vos principaux clients et sur quelles problématiques travaillez-vous ?

À l’image de mon associée et moi-même, nos clients peuvent venir d’horizons très larges. La problématique à laquelle répond FlameFy se pose à toutes sortes d’organisations d’univers et de tailles très différentes car aujourd’hui tout le monde est producteur de contenu !

Toutefois, notre principal marché vise les médias professionnels (TV, radio, presse, cinéma, plateforme VaD), ainsi que, de plus en plus, des marques qui font produire par ces même medias du contenu dédié (brand content).

La solution FlameFy s’adresse alors à chaque acteur de la chaine de valeur : auteurs, créateurs, producteurs, diffuseurs, etc. Notre objectif principal est de rendre les milliers de données collectées « intelligentes » pour permettre à nos clients de les exploiter sans avoir besoin d’être des experts en informatique.

En simplifiant l’aspect technologique, le logiciel permet à nos clients de se reconcentrer sur leur message et de construire un storytelling cohérent, multi-canal, et qui intervient au plus proche de chacun de leurs consommateurs. Nous travaillons à rendre cela de plus en plus simple et rapide, et à imaginer de nouveaux moyens d’enrichir le besoin d’information de nos clients, notamment en axant nos recherches sur la prédiction.

3. Flamefy vient d’annoncer avoir levé 700 000 euros dans le but d’atteindre son objectif : la croissance à l’étranger. C’est une success story ?

Sans doute est-ce précipité de parler de success story. Nous sommes avant tout une startup, et nous tâchons d’apporter des solutions innovantes dans un environnement sans cesse plus complexe.

Jusqu’à aujourd’hui nous nous sommes développés depuis l’Île-de-France, avec le fort soutien de BPI, de notre incubateur Paris & Co et nous sommes depuis décembre entrés dans l’incubateur du groupe TF1. Cette assise française nous permet de construire l’avenir en étendant notre offre à l’international sur les marchés les plus prometteurs.

D’abord à l’Est en Asie : car mon associée chinoise connaît bien le contexte local, la spécificité de ses réseaux, des usages, et les opportunités croissantes. Nous avons ouvert un bureau à Pekin et Shanghai en 2015, avons des liens privilégiés avec les réseaux sociaux locaux et voyons les premiers gros projets se développer.

Ensuite à l’Ouest avec les USA : car si la France n’est pas en reste quand il s’agit d’innovation, les grands groupes restent frileux et peinent à sortir de l’immobilisme de recettes traditionnelles. La culture marketing est différente aux Etats-Unis, mais au-delà de ça, le marché est bien plus concurrentiel ! Cela les rend à la fois plus ouverts aux nouvelles solutions innovantes mais aussi intransigeants en terme de résultats.

En faisant ce pari de l’international, FlameFy s’enrichit d’expériences, de pratiques, d’idées diverses et nouvelles. Cela développe notre expertise et notre logiciel pour proposer une solution qui s’adapte aux technologies et aux usages en direct ! Nous sommes confiants pour le futur, et la levée de fonds traduit la même confiance des investisseurs envers le logiciel. Grâce à ces fonds notre société va grandir plus vite, et peut-être alors pourrons nous parler de success story !

 4. Un mot pour la fin ?

Je dirais simplement que nous sommes en train de vivre une réelle révolution dans l’univers du digital. Il me semble essentiel pour les marques et les médias (qui n’ont de cesse de se confondre) de comprendre et de s’adapter aux changements qui s’opèrent. Les audiences se fragmentent, les contenus et leurs canaux se multiplient, la tension publicitaire se fait de plus en plus forte, les consommateurs en rejettent les formes traditionnelles. Mais ils n’ont cependant sans doute jamais autant éprouvé le besoin d’exprimer qui ils sont au travers de leurs choix ! Quelles séries ils regardent, quelles chaussures ils portent… Les identités des consommateurs se structurent grâce à de petits récits spécifiques aux différentes tribus, qu’elle soit culturelle, sportive, musicale, etc.

On comprend alors l’importance pour les marques de soigner leur storytelling. Elles doivent apporter une réponse à cette demande et construire un rapport nouveau avec leurs audiences. Ce changement de relation incite les marques à innover, à communiquer autrement, à jouer la transparence et le parler vrai, à créer une connexion avec empathie et générosité afin de fidéliser leurs clients. Elles cessent d’interrompre seulement les contenus que les consommateurs apprécient, elles doivent devenir ce que les gens apprécient.

Mais tout cela n’est possible que si l’on connaît son audience, et si l’aspect technique des smart data se simplifie et laisse la place à imaginer les scénarios qui tisseront les liens avec elle.  Somme toute une belle feuille de route pour FlameFy !

Twitter : @flamefycorp • http://flamefy.com

 

*
*